Management package :

Sweet equity et management package

3min

Picture of Antoine Debois-Frogé

Antoine Debois-Frogé

10 ∙ février ∙ 2020

Lors d’une opération de leverage buy out (LBO), le management package est d’une importance capitale dans les négociations. Il arrive fréquemment que, parmi tous les outils disponibles pour le constituer, le sweet equity soit choisi. Comment fonctionne le sweet equity ? Quels sont les avantages à le mettre en place au sein d’un management package ? Y a-t-il des inconvénients ? Faisons le point.

Le principe du sweet equity

Pour quelles raisons mettre en place le sweet equity ?

Dans le cadre des négociations d’un LBO, il est évidemment très important que toutes les parties soient satisfaites. Le but est tout de même de conclure un partenariat d’investissement qui pourra durer plusieurs années.

Les holdings d’investissement d’un LBO sont généralement constituées de fonds d’investissements, parfois de banques, et de managers de l’entreprise acheteuse. Au départ, les managers sont désavantagés financièrement par rapport aux fonds d’investissements. En termes clairs, ils ne peuvent investir à la même hauteur.

Quel est son principe de fonctionnement ?

Pour rétablir l’équilibre sur les plus-values qu’il leur sera possible de réaliser, différents outils existent, dont le sweet equity. Il consiste, pour les managers, à n’investir dans la société ciblée que sous forme d’achat d’actions. Les fonds d’investissements, quant à eux, investissent majoritairement en souscrivant des obligations convertibles.

De cette façon, les managers sont avantagés car pour un montant d’investissement équivalent, la part du capital qu’ils détiendront sera plus importante que celle des actionnaires financiers. Les managers seront donc avantagés à la revente de l’entreprise.

A lire : LBO et Management Package

Le sweet equity au sein d’un management package

Le sweet equity est relativement simple à mettre en place dans le cadre d’un management package. On peut aussi parfois le retrouver dans les pactes d’actionnaires. Quoi qu’il en soit, il est un bon point de départ pour les négociations entre les managers et les investisseurs financiers, mais il ne suffit pas à lui seul à structurer un management package.

Dans la majorité des cas, il faudra ajouter d’autres outils d’intéressement complémentaires, ainsi qu’intégrer des mécanismes d’incitation et de sanction des managers, afin de définir un cadre exhaustif, sécurisé et avantageux pour toutes les parties.

Ainsi, dans un management package, on peut fréquemment retrouver les outils suivants associés à un sweet equity :

  • Le BSPCE (Bons de Souscription de Parts de Créateurs d’Entreprise)
  • La clause de ratchet
  • Les BSA (Bons de Souscription d’Actions)
  • Les ABSA (Actions à Bons de Souscription d’Actions)
  • Les pactes d’actionnaires
  • Etc.

Le sweet equity présente l’avantage d’être relativement simple à mettre en place. Par ailleurs, il s’inscrit parfaitement dans le cadre d’un management package ayant pour but de mener à bien un projet de LBO. Il n’a pas d’inconvénient majeur, dès lors que l’on veille au cadre juridique et fiscal lors de sa mise en œuvre.

Associé à d’autres outils qui lui sont complémentaires, il permet de structurer et d’optimiser le management package car il permet aussi de trouver un juste équilibre entre les managers et les investisseurs financiers.

Conclusion

Vous souhaitez en savoir plus sur le sweet equity ? Vous souhaitez mettre en place un management package ? N’hésitez pas à nous contacter. Nos experts chez ELAE Capital sont là pour vous conseiller et vous accompagner dans tous vos projets liés à la gestion de patrimoine privé et professionnel.

Picture of Antoine Debois-Frogé
A propos de l'auteur

Antoine Debois-Frogé

Titulaire d’une Maîtrise de Sciences de Gestion et d’un Master 2 en Gestion de Patrimoine, Antoine Debois-Froge débute sa carrière par l’audit et l’analyse financière. En 2004, il créé XENIA Gestion Privée qui intervient notamment sur le patrimoine du chef d'entreprise dans le cadre de missions de Family Office. Depuis Avril 2018, XENIA est intégrée au groupe Elaé Capital.

Articles similaires

Management package : Définition et objectifs

Le management package est un outil d’intéressement au capital destiné aux managers et aux cadres ayant des missions..

10 décembre 2019

Avantages et risque fiscal du management package

La mise en place d’un management package présente de nombreux avantages tant pour les collaborateurs qui en..

7 février 2020

LBO : le Management Package, un élément essentiel de négociation !

Le management package est un outil fréquemment utilisé lors d’une opération de Leverage Buy Out (LBO) ou rachat avec..

7 février 2020